22/11/2019 – Owen Mason : Le commerce depuis l’Asie orientale et la chasse à la baleine

22/11/2019 – Owen Mason : Le commerce depuis l’Asie orientale et la chasse à la baleine

La prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le vendredi 22 novembre 2019, à 18 h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly:
Owen K. Mason
INSTAAR – University of Colorado, Boulder. 
 

Le commerce depuis l’Asie orientale a-t-il mené à la chasse à la baleine, la guerre et l’inégalité dans le détroit de Béring ?

 L’existence de surplus est souvent considérée comme une condition préalable à la complexité sociale. Il n’existe pas de surplus calorique plus important que celui offert par la baleine boréale. Alors que son développement demeure mystérieux, la chasse à la baleine est un acte dangereux par nature, qui repose sur une combinaison de technologie, de savoir-faire et de chance. Une équipe de chasse performante bénéficiait certainement d’un statut renforcé et pouvait attirer des partisans et des alliés. Le développement de la chasse à la baleine suppose une série de développements sociaux et technologiques ; principalement des bateaux et des lances, mais aussi du capital social. Dans le détroit de Béring, les interactions avec l’Asie orientale pourraient avoir favorisé la chasse à la baleine. Des indices convaincants de la capacité à capturer des baleines apparaissent il y a environ 2000 ans le long des côtes de la Sibérie et de l’Alaska, alors que l’on a cru pendant un siècle que cette pratique était apparue mystérieusement sans prédécesseur. Par ailleurs, des données récentes indiquent que l’on capturait des morses il y a 5000 ans dans le sud de l’Alaska et que la chasse à la baleine pourrait remonter à plus de 3000 ans en Tchoukotka. On a remarqué depuis longtemps la concomitance de magnifiques traditions artistiques – Old Bering Sea et Punuk – aux motifs gravés à l’aide d’outils en fer sur de l’ivoire de morse. La chasse aux morses était aussi essentielle : sa peau servait à recouvrir les bateaux et était échangée contre de la fourrure de caribou. Le mobilier funéraire confirme les racines anciennes de l’inégalité en tant qu’indicateur de statut et de chamanisme, reflétant le rôle du commerce et des festins dans la production de la vision cosmique du Old Bering Sea. Une deuxième expansion de la chasse à la baleine se produit au moment du Punuk et du Birnirk vers 1150-1200 apr. J.-C., coïncidant avec un commerce des métaux et des innovations dans les technologies nautiques et de propulsion.

 
La conférence sera donnée en anglais. 
 
Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

Le plan Vigipirate impose aux agents de sécurité du musée à ne pas autoriser l’introduction de valises (même cabines), sacs de voyage, sacs à dos, sacs de sport…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *