Archives de
Auteur/autrice : Johann Begel

04/11/2021 – Carla Jaimes Betancourt : « Archéologie des Llanos de Moxos : la richesse est dans la diversité »

04/11/2021 – Carla Jaimes Betancourt : « Archéologie des Llanos de Moxos : la richesse est dans la diversité »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le jeudi 4 novembre, à 18h30 (heure de Paris).

Exceptionnellement, cette réunion se déroulera dans la salle de cours 2 du musée du Quai Branly.

Nous aurons le plaisir de recevoir

Carla Jaimes Betancourt

(Département d’anthropologie des Amériques, Université de Bonn, Allemagne)

Archéologie des Llanos de Moxos : la richesse est dans la diversité

Pendant longtemps, la région amazonienne a occupé une position marginale dans l’histoire culturelle précolombienne des Amériques. Cependant, au cours des dernières décennies, les recherches archéologiques menées dans le cadre de nombreux projets ont révélé une complexité et une diversité surprenantes des processus culturels dans la région. En s’appuyant sur le cas des Llanos de Moxos en Bolivie, cet présentation résume les débats actuels et les différentes positions sur la domestication des plantes, l’origine des céramiques, les transformations du paysage, les forêts anthropiques et les développements culturels complexes à l’époque précolombienne dans le sud-ouest de l’Amazonie.

Les plaines de Moxos, dans l’actuel département de Beni en Bolivie, se caractérisent par un paysage presque entièrement anthropisé, résultat de plusieurs millénaires d’intense occupation humaine. A partir de 300 après J.-C., s’y sont développés des centaines de sites monumentaux qui, grâce aux techniques préhispaniques adaptées à la gestion des ressources naturelles, ont laissé de fortes empreintes dans le paysage. Moxos est une excellente illustration de la manière avec laquelle la diversité peut être le meilleur moteur du développement culturel au fil du temps. Cette conférence présente un aperçu de la recherche archéologique à Moxos et des études de cas dans des domaines spécifiques.

La conférence sera donnée en espagnol.

Pour information la prochaine séance aura lieu le 15 décembre.

Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

Sauf changements, le pass sanitaire vous sera demandé à l’entrée du Musée. Le plan Vigipirate impose aux agents de sécurité du musée à ne pas autoriser l’introduction de valises (même cabines), sacs de voyage, sacs à dos, sacs de sport…

17/06/2021 – Anthony Webster – La compréhension d’un poème simple : poétique navajo, ethnopoétique et humanités de la parole

17/06/2021 – Anthony Webster – La compréhension d’un poème simple : poétique navajo, ethnopoétique et humanités de la parole

Cher(e) membre de la société des américanistes,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le jeudi 17 juin 2021, à 18h (heure de Paris).

En raison de la situation sanitaire, cette rencontre se déroulera par visioconférence. Nous vous transmettrons le lien de connexion la veille de la rencontre.

Anthony K. Webster

(University of Texas, Austin)

La compréhension d’un poème simple : poétique navajo, ethnopoétique et humanités de la parole

Cette conférence s’inspire de différentes traditions. La première est une tradition américaniste qui peut être associée à Edward Sapir. Elle fournit la phrase d’ouverture de mon titre, liée tout autant à l’approche ethnographique qu’à ce qui fut parfois appelé la relativité linguistique. Cette perspective contribue à la fois aux traditions de l’ethnopoétique et à celle des recherches centrées sur la langue, attachée aux paroles de ceux avec qui nous travaillons en tant qu’anthropologues. Cette approche prend également en compte les cadres interprétatifs et les interprétations situées de ceux avec qui nous travaillons. Enfin, une troisième est une tradition d’interprétation esthétique Navajo.

Cette conférence porte sur un court poème écrit en navajo par Rex Lee Jim et quatre traductions de ce poème. Parmi les trois faites par des consultants Navajo, l’une est, d’un certain point de vue, plutôt surprenante. En effet, pourquoi un consultant le traduirait-il comme s’il était composé d’idéophones ? La quatrième traduction est la mienne. Je décrypterai ensuite la morphologie du poème en Navajo et révèlerai des aspects des traducteurs et du processus de traduction. Enfin, la transcription d’une conversation que j’ai eue avec le poète navajo Blackhorse Mitchell à propos de ce poème me permettra d’aborder les questions de l’iconicité phonologique (jeu de mots) et des qualités séduisantes de l’idéophonie (symbolisme sonore). Je soulignerai, pour finir, l’importance de prendre en compte les diverses manières par lesquelles les Navajos donnent sens et interprètent la poésie de Rex Lee Jim et suggèrerai, suivant la terminologie développée par mes collègues Pattie Epps, Anthony Woodbury et moi-même, que les humanités de la parole recèlent une riche valeur intellectuelle.

La conférence sera donnée en anglais

 
Introduction – Amérindiens face au Covid-19

Introduction – Amérindiens face au Covid-19

Etat de l’art et revue de presse

 

Ce texte constitue une brève présentation d’une liste de références en construction réunissant des travaux en ligne de divers ordres (textes scientifiques, articles de presse, chaînes vidéo, portfolios) qui permettent de témoigner des conditions de vie des Amérindiens durant cette crise sanitaire mondiale. Cette liste, que nous avons classée en différentes sections idoines, est accessible sur le site internet de la Société des américanistes <www.americanistes.org/>, qui inaugure une chronique entièrement dédiée à la question. Si les coordinateurs de ce travail, en raison de leurs affinités particulières avec ce terrain, se sont d’abord concentrés sur le bassin amazonien, cette liste de références rassemblera à terme des écrits et des matériaux décrivant la situation en temps de pandémie des Amérindiens de l’ensemble du continent américain.

* * *

Dès avril-mai 2020, de nombreux universitaires, journalistes, leaders politiques amérindiens ou membres d’ONG se sont attelés à documenter l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les populations autochtones du bassin amazonien. Que ce soit sous la forme d’articles dans des revues et sur des blogs scientifiques, ou encore dans des journaux de grande diffusion, tous les textes sonnent l’alarme, chacun à leur manière, sur les conséquences sanitaires, sociales, économiques, écologiques, politiques et anthropologiques de la propagation du SARS-CoV-2 dans les basses terres. Il convient ici de saluer la réactivité et les efforts qui ont été d’ores et déjà fournis pour interpeller, mais aussi produire des analyses et des réflexions en des temps records, en vue de rendre visible la situation dramatique dans laquelle se trouvent très souvent ces populations. La pandémie est venue s’ajouter à des contextes de précarité territoriale, de systèmes de santé défaillants, et de politiques étatiques trop souvent défavorables aux droits des amérindiens. Le cas du Brésil sous régime bolsonariste en est très certainement l’exemple le plus tragique.

Nous avons réuni dans cette liste de références – non-exhaustive – des textes qui offrent un panorama assez large de la diversité des situations et des difficultés que rencontrent les populations amazoniennes au temps du COVID-19. L’objectif de cette compilation est de permettre au lecteur d’identifier des problématiques, d’ouvrir des perspectives de recherche, et de continuer le travail de documentation, de visibilisation et de soutien aux groupes autochtones des basses terres. Contraints de rester derrière leurs écrans d’ordinateurs pour éviter de se transformer en vecteurs de la maladie, une très grande part des chercheurs spécialistes de cette région en sont désormais réduits à des échanges sporadiques avec leurs contacts et amis sur le terrain, et à glaner des informations éparses sur les réseaux sociaux ou les médias spécialisés. La présente liste vise à faciliter ces investigations et c’est pourquoi un état de l’art de la littérature scientifique sur le COVID-19 en Amazonie côtoie ici une revue de presse, mais aussi des matériaux non-analysés, comme une collection de liens renvoyant aux consignes sanitaires traduites en langues amérindiennes. Nous présentons d’abord les articles scientifiques et les numéros spéciaux de revue, puis nous rassemblons les articles journalistiques dans des rubriques différentes en fonction de la thématique qu’ils traitent.

En cette période d’isolement, ce sont les méthodologies mêmes de la recherche ethnographique qui sont questionnées par la pandémie, a fortiori pour les chercheurs allochtones. Et c’est peut-être un enseignement important à retenir de ce bilan bibliographique encore incomplet : le contexte sanitaire semble accélérer les collaborations dans les analyses, voire dans le travail même d’écriture, entre universitaires et représentants des peuples autochtones. Mieux encore, un nombre conséquent d’articles répertoriés sont écrits par des universitaires autochtones, provenant en particulier de l’Amazonie brésilienne. En dépit des confinements, les moyens de communication autorisent un travail de veille et de collecte d’informations constant (c’est le cas par exemple des pages Facebook comme https://www.facebook.com/groups/coronamazon/, administrée par E. Stoll et modérée par R. Folhes et E. Capredon), et ensuite d’échanges et de réflexions conjointes avec des contacts autochtones sur place, bien souvent des leaders politiques.

Sur le fond, outre les descriptions souvent chiffrées de la situation épidémiologique, les articles amorcent des réflexions générales sur plusieurs axes de travail que nous pourrions résumer comme suit. D’abord, la thématique centrale, présente dans pratiquement tous les textes, est celle du rapport entre les groupes autochtones, les États et leur système de santé. Les écrits soulignent l’incapacité des États à répondre aux besoins sanitaires des populations autochtones, en raison de politiques de santé inégalitaires, mais aussi, et peut-être plus grave encore, par méconnaissance des réalités sociales, en termes d’infrastructures par exemple, et des pratiques des Amérindiens relatives à la santé. Les mots employés par les interlocuteurs autochtones sont très forts pour décrire cette situation. On oscille entre le champ sémantique de l’abandon, du côté des pays andins, ou celui de l’absence, du côté brésilien, où les peuples autochtones ne se font aucune illusion quant aux intentions du régime de Bolsonaro à leur égard. Faute de ressources institutionnelles efficaces pour protéger leurs corps, les Amérindiens optent pour la protection de leurs territoires.

On note ainsi une réaffirmation claire des revendications de souveraineté territoriale, souveraineté paradoxalement renforcée par les recommandations des États andins invitant les groupes amérindiens à fermer et à contrôler l’accès à leur terre. Comme le fait remarquer I. Bellier dans différentes communications mentionnées ci-dessous, on relève en effet un lien étroit entre la santé des personnes et la “santé” des territoires, lien avant tout de nature nourricière. L’idée revient régulièrement qu’une alimentation produite au sein des territoires autochtones serait une des conditions pour se maintenir en bonne santé, contrairement à la nourriture provenant des villes où sévit en premier lieu le Coronavirus. Cette volonté de protection du territoire se manifeste en particulier dans les luttes qui s’organisent pour freiner les activités de bûcheronnage ou d’orpaillage. En ce sens, et avec peut-être une pointe d’ironie, le coordinateur de la Coordinadora de Organizaciones Indígenas de la Cuenca Amazónica (COICA), Gregorio Mirabal, affirmait récemment : “Tenemos que hacer un proceso de vacunaciones en todos los territorios de la cuenca amazónica con esa vacuna que se llama gobernanza territorial indígena y que es lo único que nos puede salvar”.

Aussi, on est frappé par le gain de légitimité dont ont bénéficié certaines revendications territoriales et autonomistes amérindiennes, du fait du vide laissé par les États. Dans le même temps, on s’aperçoit que les Autochtones ont été confrontés à une reprise fulgurante des activités extractives – entre autres, le bûcheronnage, l’extraction d’hydrocarbures ou encore les activités minières. Au Pérou, dès le mois de mai 2020, une série de décrets exonérait certains secteurs économiques de normes environnementales contraignantes, et allégeait les mécanismes de consultation citoyenne face aux projets extractifs. Potentiellement, la pandémie augure ainsi un double mouvement : le retrait, d’une part, de la puissance publique, et d’autre part le redéploiement d’un secteur privé aux multiples visages, dont les activités sont souvent informelles, voire parfois criminelles. Les assassinats de leaders amérindiens et écologistes qui se sont multipliés depuis le début de la pandémie en Amazonie péruvienne et colombienne notamment, rappellent, de manière tragique, que les territoires autochtones sont plus que jamais objets de convoitises.

Néanmoins, l’acceptation ou non de ces activités sur les territoires amérindiens fait aussi débat au sein même des populations autochtones, d’autant que la crise sanitaire les a parfois amputés de revenus substantiels. On le voit, la pandémie exacerbe des problématiques anciennes, dont celle de l’action des missionnaires protestants évangéliques dans la région constitue un autre exemple probant. Plusieurs sources suggèrent que les pasteurs profiteraient de la peur suscitée par le virus pour asseoir un peu plus leur influence et donner un nouvel élan à leurs ambitions prosélytes.

Si les intentions missionnaires multiplient les inquiétudes, c’est en particulier au sujet des groupes amérindiens en situation dite d’« isolement volontaire », avec lesquels certains secteurs religieux seraient tentés de forcer le contact – et cela à la faveur de la profonde reconfiguration des dynamiques politiques locales, dont on ne perçoit encore que la face émergée. Depuis au moins le XVIe siècle en effet, les populations amérindiennes d’Amazonie ont mobilisé des stratégies d’éloignement pour se prémunir des dangers immunologiques (variole, rougeole, grippes) liés en particulier à la colonisation européenne, mais peut-être aussi issus des zoonoses dont la forêt tropicale est potentiellement porteuse (voir l’article de S. Rostain). Dans de nombreux cas, cette volonté d’isolement volontaire s’est renforcée au fil des années, à mesure que de nouvelles formes de colonisation apparaissaient et s’intensifiaient (prosélytisme évangélique et catholique, agro-industrie, exploitation d’hydrocarbures, orpaillage, bûcheronnage illégal, trafic de drogue, tourisme), et au sujet desquelles les institutions publiques locales se montraient impuissantes, voire parfois complaisantes. Si, du fait de leur isolement ancien, ces Amérindiens restent extrêmement vulnérables face aux maladies infectieuses et virales, le COVID-19 constitue pour eux un danger considérable que de nombreux observateurs se sont attachés à documenter.

Ce thème donne d’ailleurs matière à une réflexion de plus grande envergure sur la notion d’« isolement social ». L’actualité, en effet, a le mérite de renverser la perception de cette pratique comme réflexe primitif et anachronique d’Amérindiens hostiles à la modernité. Tout au contraire, les mesures mondiales prises contre le COVID-19 révèlent, par effet de miroir, combien ces modes de vie amérindiens émergent directement du contexte social et politique – et donc viral – auquel ces populations ont été confrontées, et justifient leur volonté désormais partagée par les États eux-mêmes d’un isolement social protectionniste. En ce sens, la littérature montre la permanence, la réactivation voire la légitimation, sous l’effet de la pandémie, des stratégies d’éloignement volontaire dans cette région du monde, et au-delà.

Aussi, ces textes ne se contentent pas de dresser des tableaux sombres de la situation. Ils mettent aussi en lumière les formidables ressources organisationnelles, politiques et sanitaires que les amérindiens mobilisent pour se protéger, faire face et tenter d’enrayer les dynamiques de transmission du virus. Des initiatives autochtones fleurissent pour faire valoir les savoirs et pratiques médicales locales, et pour réclamer une véritable interculturalité dans les politiques sanitaires de l’État.

L’épidémie apparaît ainsi comme un « fait social total » en contexte postcolonial, un nœud dans lequel entrent en friction jusqu’à des pratiques du deuil et des considérations eschatologiques divergentes. Bruce Albert alerte en ce sens sur la tragédie que vivent les Yanomami privés du corps de leurs proches malades décédés, incinérés par les services sanitaires pour éviter les contagions. La liste de références donne alors à voir une “situation épidémique” – pour paraphraser G. Balandier – qui met plus que jamais en relation l’ensemble des acteurs locaux : les populations amérindiennes diversement sédentarisées, les multiples colons, les entreprises privées, les institutions publiques, aussi bien que l’agent viral.

 

Responsables : chroniques.sda@gmail.com

  • Paul Codjia (McGill University – Fondation Fyssen)
  • Raphaël Colliaux (IFEA – PUCP – Fondation Fyssen)

 

Autres contributeurs :

  • Claire Anchordoqui
  • Josemaría Becerril Aceves
  • Maddyson Borka
  • Romain Denimal
  • Mateo Knox
  • Maria Luisa Lucas
  • Valentina Vapnarsky
  • Aurore Monod-Becquelin
  • Idjahure Kadiweu
  • Élise Capredon
  • Vincent Hirtzel
  • Julia Vogel

[Amérindiens & Covid] – Travaux à caractère scientifique

[Amérindiens & Covid] – Travaux à caractère scientifique

Cette première rubrique fait état de travaux à caractère scientifique, rédigé par des chercheurs en sciences sociales, et souvent en collaboration avec des autochtones témoins de la situation sanitaire dans leurs communautés d’origine.

  

  • Mundo Amazonico, deux numéros de la revue, intitulés « Reflexiones y perspectivas en torno a la pandemia de COVID-19 », ont été récemment consacrés au COVID-19 en Amazonie.

  • Revista Vukapanavo, Volume 3, Número 3, Octobre/Novembre 2020. Numéro spécial Pandemia da Covid-19 na vida dos Povos Indígenas, édité par Articulação dos Povos Indígenas do Brasil (APIB), en collaboration avec Revista Terena Vukápanavo et le soutien de Fundação Oswaldo Cruz: https://www.vukapanavo.com/

  • COVIDAM, 26 mai 2020, « Le double choc de la Covid-19 sur une petite communauté d’Amazonie brésilienne », par François-Michel Le Tourneau. L’article est consacré aux Amérindiens de l’État de l’Amapá (Brésil), et à leur prise en charge par les services de santé locaux. L’auteur relate les témoignages de connaissances de São Francisco do Iratapuru, une réserve de développement durable de 806 000 hectares, dont les habitants vivent principalement de la collecte de la noix du Brésil. Dans ce lieu, la distanciation sociale semble difficile à maintenir, alors que tout le monde vit côte-à-côte et que la plupart des affaires courantes se gèrent collectivement. Les hôpitaux de la région, eux, manquent cruellement de matériel. Accès Web : https://covidam.institutdesameriques.fr/le-double-choc-de-la-covid-19-sur-une-petite-communaute-damazonie-bresilienne/

  • COVIDAM, 16 décembre 2020, « Amazonie, une histoire sans geste barrière », par Stephen Rostain. L’article revient, dans une perspective historique, sur la gestion des épidémies en Amazonie amérindienne. L’auteur retrace en ce sens les techniques curatives amérindiennes, qui reposent sur une excellente connaissance de la pharmacopée tropicale. Il souligne que ces habiletés ont été amplement mobilisées face à la pandémie récente, et que des protocoles de soins, reposant sur un usage approfondi de plantes médicinales, ont été tentés en de nombreux points des basses terres. Accès Web : https://covidam.institutdesameriques.fr/amazonie-une-histoire-sans-geste-barriere/

  • CNRS, Le Journal, 11 septembre 2020, « Les peuples autochtones à l’épreuve du Covid-19 », par Irène Bellier. Interview d’I. Bellier (CNRS), qui a synthétisé une vaste quantité de données concernant les impacts du COVID-19 chez les peuples autochtones à travers le monde (Amérique du Nord, Amérique du Sud et Caraïbes, Afrique, Arctique, Asie, Océanie et Fédération de Russie). I. Bellier indique que les taux de mortalité sont particulièrement élevés dans les regroupements autochtones, du fait des conditions socio-économiques souvent difficiles dans lesquelles ils évoluent, et qui accentuent leur vulnérabilité face à ce nouvel agent infectieux. L’anthropologue souligne également combien il existe, dans ces sociétés, un lien souvent étroit entre l’intégrité du territoire et la santé des individus. Accès Web : https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-peuples-autochtones-a-lepreuve-du-covid-19

  • Aparecida Vilaça, Morte na Floresta, Um ensaio seminal sobre o contágio dos povos indígenas no Brasil, éd. Todavia (Coleção Ensaios sobre a pandemia), 2020. L’anthropologue Aparecida Vilaça réfléchit ici au fait que pour la première fois depuis plusieurs siècles, envahisseurs et amérindiens souffrent des mêmes symptômes face à un virus, le COVID-19. L’ouvrage souligne que le partage d’une fragilité commune est l’occasion de repenser le rapport aux sociétés amérindiennes. Accès Web : https://todavialivros.com.br/livros/morte-na-floresta

  • Revista Intercambio, 21 mars 2021. Article de Oscar Espinosa de Rivero, enseignant à la Pontificia Universidad Catolica del Peru (PUCP) et spécialiste de l’Amazonie péruvienne. L’auteur dresse la liste des défis posés aux communautés amérindiennes de l’Amazonie péruvienne, confrontées à la pandémie de COVID 19, mais également à des pressions extrêmement violentes sur leurs territoires. Acces Web : https://intercambio.pe/comunidades-amazonia-2021/

  • Luis Joel Morales Escobedo, “El confinamiento y el trabajo de campo en tiempos del coronavirus, Vol. II”, 8 septembre 2020. Dans cette deuxième émission d’un podcast consacré au travail de terrain pendant la pandémie de Covid-19, l’anthropologue Luis Joel Morales décrit ses conditions de travail avec des coopératives autochtones dans les hautes terres du Chiapas. Il explique qu’il a dû faire face au scepticisme d’une grande partie de ses interlocuteurs Tseltal et Tsotsil à l’égard de la maladie et des consignes sanitaires, et s’adapter en fonction. Accès Web :  https://www.youtube.com/watch?v=eL-rbUaFmZo
  • Jan Rus, “Covid-19 en Chiapas indígena : cuestionando una pandemia oculta”. Novembre 2020. Se fondant sur ses conversations téléphoniques avec d’anciens interlocuteurs, collègues et étudiants Tseltal, Tsotsil, Ch’ol et Mam, l’anthropologue mayaniste Jan Rus critique l’invisibilisation faite par les articles de presse rédigés en espagnol au sujet des décès causés par la pandémie de Covid-19 dans les communautés indigènes du Chiapas. Accès Web : https://www.openanthroresearch.org/doi/pdf/10.1002/oarr.10000351.1
  • Leonardo Toledo Garibalid, “La suma de todos los miedos: el Covid-19 en las cadenas de WhatsApp de Chiapas”, Chiapas Paralelo, 14 juillet 2020. Sur la base d’une révision systématique de six groupes de WhatsApp, ainsi que de plusieurs profils Facebook et Twitter, l’anthropologue Leonardo Toledo décrit comment la circulation numérique d’une série de rumeurs sur le Covid-19, diffusées en espagnol et en tsotsil dans des communautés des hautes terres du Chiapas, a provoqué de nombreux incidents violents contre des représentants du gouvernement. Accès Web : https://www.chiapasparalelo.com/opinion/2020/07/la-suma-de-todos-los-miedos-el-covid-19-en-las-cadenas-de-whatsapp-de-chiapas/

Ajout du 12/07/2021 :

  • Barbosa Gonçalves Chryslen Mayra & Chambi Mayta Roger Adan, 2021, « Ñankha usu, khapaj niño, mallku usu. Crisis politica y crisis sanitaria en la Bolivia andina : respuestas indigenas », Maloca. Revista de Estudos Indigenas, v.4, pp.1-29. Les auteurs documentent l’arrivée du coronavirus sur le territoire bolivien (andin), alors en pleine crise politique. https://econtents.bc.unicamp.br/inpec/index.php/maloca/article/view/14325/10355
  • Pachaguaya Yurja Pedro & Terrazas Sosa Claudia, 2020, Una cuarentena individual para una sociedad colectiva : La llegada y despacho del Khapaj Niño Coronavirus a Bolivia, Asociación Departamental de Antropólogos, ADA-La Paz e Instituto de Investigación y Acción para el Desarrollo Integral – IIADI, La Paz. Ouvrage dans lequel les auteurs documentent l’arrivée du Covid 19 d’après des récits et témoignages d’habitants de la région de La Paz, d’Oruro et de Chuquisaca. Ces récits donnent à voir l’intégration du coronavirus dans la cosmovision locale. Le virus est perçu comme un « visiteur  » à qui l’on attribue des noms et des caractéristiques déjà présents au sein du champs lexical se rapportant aux entités non-humaines pathogènes (SIDA, rougeole, variole). L’ouvrage revient également sur l’organisation du système de santé bolivien et les initiatives prises par les habitants pour pallier à ses dysfonctionnements. https://www.academia.edu/48860257/%C3%91ANKHA_USU_KHAPAJ_NI%C3%91O_MALLKU_USU_Crisis_pol%C3%ADtica_y_crisis_sanitaria_en_la_Bolivia_andina_respuestas_ind%C3%ADgenas
  • URBAN INDIAN HEALTH INSTITUTE, 4 mai 2021. « Protecting the Sacred: Addressing sexual violence and gender-based violence against Natives in the COVID-19 pandemic » est un rapport de la Urban Indian Health Institute traitant des violences sexuelles contre les autochtones en temps de pandémie. Accès Web : https://www.uihi.org/projects/protecting-the-sacred/

Ajout du 29/09/2021 :

  • Marcelo Moura Silva et Carlos Estellita-Lins, « A xawara e os mortos: os Yanomami, luto e luta na pandemia da Covid-19 », Horizontes Antropológicos, n°59, pp.267-285, 2021. Cet article revient sur les difficultés que les Yanomami éprouvent, dans le contexte de la pandémie, pour mettre en oeuvre leurs pratiques funéraires. Accès Web : https://journals.openedition.org/horizontes/5185
  • Museo Nacional de Etnografía y Folklore (MUSEF), 2021, Contextos pandémicos. Pueblos y naciones indígenas en Bolivia ante las pandemias y el COVID-19, La Paz, (Anales de la Reunión Anual de Etnología, XXXIV), 144 p. Les articles qui composent cet ouvrage, publié par le Museo Nacional de Etnografía y Folklore de La Paz, témoignent d’expériences de groupes « autochtones, originaires et paysans » de Bolivie face à la pandémie de COVID-19.  Les contributeurs mobilisent l’ethno-histoire, la science politique ou encore l’anthropologie pour dresser un panorama rigoureux de la situation des Amérindiens de ce pays (que ce soit dans les Andes, dans les basses terres ou encore en milieu urbain). Accès Web : http://www.musef.org.bo/rebelion-de-los-objetos-2020.

[Amérindiens & Covid] – Chroniques amérindiennes

[Amérindiens & Covid] – Chroniques amérindiennes

Cette rubrique recense des témoignages d’Amérindiens qui décrivent la façon dont est vécue la situation sanitaire.

  • Yasnaya E. Aguilar, “Jëën pä’äm o la enfermedad del fuego”, 22 mars 2020. Dans cet essai, la linguiste mixe Yasnaya Aguilar explore les parallèles entre l’émergence de la pandémie de Covid-19 et les souvenirs des épidémies passées dans la tradition orale des Amérindiens d’Oaxaca. Accès Web : https://elpais.com/elpais/2020/03/22/opinion/1584851651_880173.html
  • Pedro Uc, “Alternativas de resistencia maya en tiempo de pandemia”, 19 août 2020. Le poète maya yucatèque et défenseur de l’environnement Pedro Uc situe la pandémie de Covid-19 dans un contexte plus large d’impacts sur les modes de vie amérindiens, notamment du fait de l’expansion des monocultures, du tourisme de masse et des méga-projets d’infrastructure dans la péninsule du Yucatán. Accès Web : http://visionpeninsular.com/mid/alternativas-de-resistencia-maya-en-tiempo-de-pandemia/

Ajout du 12/07/2021 :

 

  • THE NEW YORK TIMES, 12 janvier 2021. « Tribal Elders Are Dying From the Pandemic, Causing a Cultural Crisis for American Indians ». Cet article rend compte de l’impact désastreux de la pandémie sur les doyens et doyennes de diverses nations autochtones aux États-Unis et sur la crise culturelle que ces disparitions engendrent. Accès Web : https://www.nytimes.com/2021/01/12/us/tribal-elders-native-americans-coronavirus.html

  • THE RED NATION, 26 avril 2021. « COVID-19 in Indian Country w/ Chief Jerry Daniels, Destiny Morris, & Janene Yazzie » est un épisode du podcast The Red Nation, animé par Nick Estes, et traite de la réponse autochtone au Covid-19. Cet épisode est une captation d’une série de webinaires #FridayNightForums organisée par la Arab Resource & Organizing Center et le Center for Political Education. Accès Web : https://directory.libsyn.com/episode/index/show/therednation/id/14143568

  • INDIGENOUS INVESTIGATIVE COLLECTIVE, 8 juin 2021. « Broken system can’t keep track of Native deaths » souligne l’impossibilité de connaître l’impact de la pandémie sur les populations autochtones des États-Unis, du fait d’un imbroglio légal et administratif qui invisibilise les chiffres autochtones. Accès Web : https://indiancountrytoday.com/news/broken-system-cant-keep-track-of-native-deaths

Ajout du 29/09/2021 :

[Amérindiens & Covid] – Pratiques thérapeutiques autochtones

[Amérindiens & Covid] – Pratiques thérapeutiques autochtones

Reposant essentiellement sur des articles de presse, cette rubrique regroupe des publications faisant état de stratégies curatives mises en œuvre par certains groupes amérindiens afin de lutter contre le COVID-19.

 

 

  • La Mula, articles de l’anthropologue Luisa Elvira Belaunde sur la création d’un groupe de santé de Shipibo-Conibo baptisé Comando Matico, dans la ville de Pucallpa (région de l’Ucayali).

 

 

 

 

 

 

Ajout du 12/07/2021 :

Les vidéos regroupées ci-dessous (issues de médias étrangers et boliviens) documentent l’usage de plantes médicinales (principalement eucalyptus, camomille et wira wira) dans les Andes boliviennes.

 

 

 

 

Ajout du 12/07/2021 :

 

Ajout du 29/09/2021 :

 

[Amérindiens & Covid] – Amérindiens urbains et Coronavirus

[Amérindiens & Covid] – Amérindiens urbains et Coronavirus

Cette rubrique vise à renseigner le quotidien des Amérindiens établis dans des centres urbains, dans le contexte de la crise sanitaire.

 

 

Ajout du 29/09/2021 :

[Amérindiens & Covid] – Activités extractives et pandémie

[Amérindiens & Covid] – Activités extractives et pandémie

Cette rubrique revient sur les pressions territoriales et sociales induites par la reprise brutale des activités extractives et économiques dans le contexte de la pandémie de SARS-CoV-2 (extraction d’hydrocarbures et de minéraux, orpaillage, bûcheronnage, narcotrafic, etc.).

 

 

  • Daliri Oropeza, “El Tren Maya y la resistencia en tiempos de pandemia”, 31 mai 2020. Dans ce récit journalistique, Daliri Oropeza décrit les principaux effets de la pandémie de Covid-19 dans les villes balnéaires et les territoires autochtones de la péninsule du Yucatán. Les villages amérindiens ont fermé leurs portes aux étrangers, les hôtels ont licencié des milliers de travailleurs mayas et le projet phare d’infrastructure du gouvernement national se poursuit malgré les restrictions sanitaires. Accès Web : https://piedepagina.mx/el-tren-maya-y-la-resistencia-en-tiempos-de-pandemia/

Ajout du 12/07/2021:

.

Ajout du 10/08/2021 :

[Amérindiens & Covid] – Les missionnaires évangéliques

[Amérindiens & Covid] – Les missionnaires évangéliques

Cette rubrique renseigne la multiplication, dans le contexte de la crise sanitaire, des activités prosélytes menées auprès des amérindiens.

 

 

 

Série de reportages sur les campagnes anti-vaccin, menées par les missionnaires évangéliques. Dans ces enquêtes, on découvre que certains acteurs du mouvement prosélyte protestant diffusent de fausses informations sur les vaccins, pour convaincre les Amérindiens de les rejeter :

 

 

 

 

 

[Amérindiens & Covid] – Les Amérindiens en « isolement volontaire »

[Amérindiens & Covid] – Les Amérindiens en « isolement volontaire »

Cette rubrique porte sur les populations en situation d’« isolement volontaire » dans le contexte de pandémie. Du fait de leur isolement ancien, ces groupes restent extrêmement vulnérables face aux maladies infectieuses et virales.