Archives de
Auteur/autrice : Johann Begel

[Vidéo] 15/04/2021 – Eduardo Kohn – Une anthropologie anthropophagique : vers une science psychédélique

[Vidéo] 15/04/2021 – Eduardo Kohn – Une anthropologie anthropophagique : vers une science psychédélique

Eduardo Kohn (McGill University)

Jeudi 15 avril 2021, à 18h

Une anthropologie anthropophagique : vers une science psychédélique

Mes expériences personnelles avec des substances psychédéliques dans le cadre de mon travail ethnographique parmi les communautés runa et sapara de l’Amazonie équatorienne m’ont incité à élargir le concept de « psychédélique » pour englober les processus qui donnent à voir le « monde-appelé-forêt » (sacha en kichwa, naku en sapara). Dans cet exposé, j’essaierai d’expliquer, d’abord, ce que signifie dire que le « monde-appelé-forêt » est psychédélique ; ensuite la manière dont l’anthropologie est une science psychédélique ; et, finalement, comment une science psychédélique peut nous servir de guide pour faire face à la crise écologique planétaire qui menace le «monde-appelé-forêt » dont nous faisons partie.

La conférence est donnée en espagnol

Pour information, la séance suivante aura lieu le 17 juin et nous aurons le plaisir de recevoir Anthony K. Webster (University of Texas, Austin)

[Vidéo] 18/03/2021 – Pablo F. Sendón – A propos d’un terrain d’étude ethnologique : le massif de l’Ausagante

[Vidéo] 18/03/2021 – Pablo F. Sendón – A propos d’un terrain d’étude ethnologique : le massif de l’Ausagante

 Pablo F. Sendón

(CONICET-Argentina)

A propos d’un terrain d’étude ethnologique : le massif de l’Ausagante (Andes meridionales du Pérou)

La partie sud-orientale de la région de Cuzco (Pérou) est couronnée par le massif de l’Ausangate qui, à plus de 5000 mètres d’altitude, se présente comme un toit gigantesque à deux pentes séparant le bassin amazonien des vallées inter-andines. Les conditions écologiques de ce milieu semblent à première vue vouer à l’échec toute entreprise humaine. Cependant, l’ensemble de cette contrée, et même ses recoins proches des neiges éternelles, est habité par une population quechuaphone. Ses activités productives, son organisation sociale, ses représentations symboliques et ses pratiques rituelles font de cette région une unité d’analyse qui peut être conçue comme objet ethnologique. Cet exposé aura pour but de proposer une définition de ce dernier à partir de données ethnographiques spécifiques recueillis à Marcapata, soit le district le plus oriental de cette partie des Andes péruviennes dont le territoire s’étendait jadis jusqu’à l’entrée des terres inhospitalières de l’Antisuyo amazonien.

La conférence sera donnée en espagnol.

Prix et Aide à Publication 2021

Prix et Aide à Publication 2021

APPEL 2021

version PDF

  1. Prix jeunes-chercheur·e·s de la Société des américanistes (destiné aux jeunes-chercheur·e·s pour aide à la publication d’un ouvrage issu de la thèse)
  2. Aide à la publication d’ouvrages scientifiques

Le prix jeune-chercheur·e a pour objectif d’aider à la publication d’ouvrages issus de manuscrits de thèse et ayant déjà été acceptés par une maison d’édition en France ou à l’étranger.

La thèse doit avoir été soutenue depuis moins de 5 ans. L’ouvrage doit entrer dans les domaines disciplinaires, thématiques et aréaux de la Société des américanistes (identiques à ceux du Journal), et être écrits dans l’une des langues principales de la Société (français, anglais, espagnol, ou portugais).

La somme allouée sera plafonnée à 3000€.

L’aide à publication a pour objectif d’aider la publication d’ouvrages scientifiques qui entrent dans les domaines disciplinaires, thématiques et aréaux de la Société des américanistes (identiques à ceux du Journal), et sont écrits dans l’une des langues principales de la Société (français, anglais, espagnol, ou portugais). Il pourra s’agir d’ouvrages personnels ou collectifs (recueils d’articles). Les candidatures devront concerner des projets de publication ayant déjà été acceptés par une maison d’édition en France ou à l’étranger.

La somme allouée sera plafonnée à 2500€ par projet de publication.

La date limite de soumission est fixée au 15 juin 2021. Les candidatures seront évaluées par des experts et sélectionnées par une commission ad hoc issue du Conseil d’administration de la Société. Les résultats seront publiés à l’automne de la même année.

Les pièces requises pour une soumission de candidature sont les suivantes :

  • CV de l’auteur ou de chacun des co-auteurs/éditeurs incluant une liste de publications ;
  • Rapport de thèse (uniquement pour le Prix destiné aux jeunes chercheur·e·s, dans le cas de pays où le rapport de soutenance n’existe pas, joindre les rapports ou les lettres de recommandation détaillées d’au moins deux membres du jury de thèse)
  • Synthèse de cinq pages env. du manuscrit (sommaire, argumentaire, résumé détaillé, nombre de figures et d’illustrations) ;
  • Manuscrit en pdf ;
  • Lettre de pré-acceptation de l’éditeur ;
  • Devis de l’éditeur (incluant les aides déjà reçues ou acquises et celles demandées, ainsi que le montant spécifique sollicité à la Société) ;
  • Coordonnées de l’éditeur ;
  • Toute autre pièce jugée pertinente.

Toute pièce manquante invalidera la soumission.

Pour recevoir le versement du prix ou de l’aide à publication, la lauréate ou le lauréat devra s’engager à faire mentionner dans l’ouvrage la contribution de la Société, accompagnée du logo, selon des modalités fixées entre la Société et la maison d’édition. Un nombre d’exemplaires devra également être versé à la Société à titre gracieux. S’il ne l’est pas déjà, la lauréate ou le lauréat s’engage à devenir membre de la Société avant la remise du prix ou de la subvention.

Les soumissions sont à envoyer à l’adresse suivante : societe.publi@americanistes.org.

Merci d’indiquer dans l’objet du message la catégorie (« Prix JC » ou « Aide à publication ») à laquelle la candidature s’applique.

09/12/2020 – Assemblée Générale 2020

09/12/2020 – Assemblée Générale 2020

Chers membres, nous avons le plaisir de vous convier à l’Assemblée générale de la Société des Américanistes, qui aura lieu le mercredi 9 décembre 2020 à 18h (heure de Paris)

L’Assemblée sera suivie de l’annonce des résultats de l’Aide à publication, attribuée pour la première fois cette année, et d’une présentation de leurs travaux par les lauréates.

En raison de la situation sanitaire, cette rencontre se déroulera par visioconférence, ce qui nous permettra de nous retrouver malgré les distances et les océans. Nous vous transmettrons le lien de connexion la veille de la rencontre.

Ordre du jour de l’Assemblée générale

  • Approbation du rapport moral et du rapport financier 2019

En cas d’absence, merci de nous envoyer par retour de courriel votre procuration (avec pouvoir à l’un des membres de la société)

Annonce officielle des résultats de l’Aide à publication par Philippe Descola, président de la société, suivie d’une intervention de 15 minutes de chacune des lauréates.

Patricia Horcajada Campos : Arte maya en miniatura: las figurillas ceramicas de La Blanca 

María Agustina Morando : Ñande ñee jekove: lengua y praxis social entre los chanés del noroeste argentino

29/10/2020 – Cédric Yvinec – Présentation du film ‘Ex pajé’

29/10/2020 – Cédric Yvinec – Présentation du film ‘Ex pajé’

Cher(e) membre de la société des américanistes,

La prochaine conférence de la Société des Américanistes, organisée en collaboration avec le musée du quai Branly, aura lieu le jeudi 29 octobre 2020, à 16h30-18h30 (merci de bien prendre note de l’horaire), dans la salle de cinéma du musée : Projection et discussion du film Ex pajé (Ex-chaman) Réalisé en 2018 par Luiz Bolognesi

Présenté et discuté par

Cédric Yvinec

Chargé de recherche au laboratoire Mondes Américains (UMR 8168-EHESS)

« Nous n’avons pas de chaman, mais un ancien chaman. »

Depuis leur premier contact « officiel » avec l’Etat brésilien en 1969, les Paiter Suruí, population autochtone vivant dans le bassin amazonien, ont vécu de profonds changements sociaux. Les missionnaires, les smartphones, le gaz et l’électricité, les médicaments, les armes et les médias sociaux font désormais partie leur quotidien. Au milieu de ce nouveau monde, un ex-chaman essaie de trouver une place au sein de sa communauté. Contraint dans le passé de devenir chrétien, il lutte pour guérir les personnes souffrantes de son village, en même temps qu’il fait face à la colère des esprits de la forêt, contrariés d’avoir été abandonnés.

En raison du contexte sanitaire actuel, l’accès à la salle de cinéma sera limité à 45 personnes. Nous reviendrons vers vous rapidement afin de vous tenir informés de la possible mise en place d’une liste de pré-inscription et d’un système de diffusion asynchrone du film et de la discussion.

Prix et Aide à Publication 2020

Prix et Aide à Publication 2020

APPEL 2020

 

Dû au contexte de crise sanitaire, la date limite des candidatures est repoussée au 15 septembre 2020.

La Société des américanistes a le plaisir d’annoncer la mise en place de deux catégories d’aides à publication qu’elle attribuera à partir de l’année 2020 (PDF ici).

  1. Prix jeunes-chercheur·e·s de la Société des américanistes (destiné aux jeunes-chercheur·e·s pour aide à la publication d’un ouvrage issu de la thèse)
  2. Aide à la publication d’ouvrages scientifiques

 Le prix jeune-chercheur·e a pour objectif d’aider à la publication d’ouvrages issus de manuscrits de thèse et ayant déjà été acceptés par une maison d’édition en France ou à l’étranger.

La thèse doit avoir été soutenue depuis moins de 5 ans. L’ouvrage doit entrer dans les domaines disciplinaires, thématiques et aréaux de la Société des américanistes (identiques à ceux du Journal), et être écrits dans l’une des langues principales de la Société (français, anglais, espagnol, ou portugais).

La somme allouée sera plafonnée à 3000€.

L’aide à publication a pour objectif d’aider la publication d’ouvrages scientifiques qui entrent dans les domaines disciplinaires, thématiques et aréaux de la Société des américanistes (identiques à ceux du Journal), et sont écrits dans l’une des langues principales de la Société (français, anglais, espagnol, ou portugais). Il pourra s’agir d’ouvrages personnels ou collectifs (recueils d’articles). Les candidatures devront concerner des projets de publication ayant déjà été acceptés par une maison d’édition en France ou à l’étranger.

La somme allouée sera plafonnée à 2500€ par projet de publication.

La date limite de soumission est fixée au 1er juin 2020 15 septembre 2020. Les candidatures seront évaluées par des experts et sélectionnées par une commission ad hoc issue du Conseil d’administration de la Société. Les résultats seront publiés à l’automne de la même année.

Les pièces requises pour une soumission de candidature sont les suivantes :

  • CV de l’auteur ou de chacun des co-auteurs/éditeurs incluant une liste de publications ;
  • Rapport de thèse (uniquement pour le Prix destiné aux jeunes chercheur·e·s, dans le cas de pays où le rapport de soutenance n’existe pas, joindre les rapports ou les lettres de recommandation détaillées d’au moins deux membres du jury de thèse)
  • Synthèse de cinq pages env. du manuscrit (sommaire, argumentaire, résumé détaillé, nombre de figures et d’illustrations) ;
  • Manuscrit en pdf ;
  • Lettre de pré-acceptation de l’éditeur ;
  • Devis de l’éditeur (incluant les aides déjà reçues ou acquises et celles demandées, ainsi que le montant spécifique sollicité à la Société) ;
  • Coordonnées de l’éditeur ;
  • Toute autre pièce jugée pertinente.

Toute pièce manquante invalidera la soumission.

Pour recevoir le versement du prix ou de l’aide à publication, la lauréate ou le lauréat devra s’engager à faire mentionner dans l’ouvrage la contribution de la Société, accompagnée du logo, selon des modalités fixées entre la Société et la maison d’édition. Un nombre d’exemplaires devra également être versé à la Société à titre gracieux. S’il ne l’est pas déjà, la lauréate ou le lauréat s’engage à devenir membre de la Société avant la remise du prix ou de la subvention.

Les soumissions sont à envoyer à l’adresse suivante : societe.publi@americanistes.org.

Merci d’indiquer dans l’objet du message la catégorie (« Prix JC » ou « Aide à publication ») à laquelle la candidature s’applique.

Annulé – Nathan Wachtel : présentation de l’ouvrage ‘Paradis du Nouveau Monde’

Annulé – Nathan Wachtel : présentation de l’ouvrage ‘Paradis du Nouveau Monde’

Chères et chers collègues,

Jeudi 26 mars 2020, la Société des Américanistes recevra :

Nathan Wachtel, directeur d’études honoraire à l’EHESS

et Professeur honoraire au Collège de France,  qui présentera son ouvrage :

Paradis du Nouveau Monde (Fayard, 2019, 340 pages).

18h, salle de cinéma du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, 37 Quai Branly, 75007 Paris.

Résumé : la découverte d’un monde jusqu’alors insoupçonné, à la fin du XVe siècle, suscita en Occident d’innombrables hypothèses et fantasmes. Que ce soit la localisation du Paradis terrestre au cœur de l’Amérique du Sud ou le problème de l’origine des populations indiennes, ces recherches se fondaient souvent sur des études remarquablement documentées, menées avec une rigueur que l’on peut presque dire scientifique. Parallèlement, parmi les populations amérindiennes, en réaction à la situation coloniale, se développèrent sur l’ensemble du continent américain des mouvements «messianiques » ou «prophétiques», récurrents dans la longue durée. Migrations vers le Terre sans Mal, attente du retour de l’Inca, vision extatique du retour des morts dans la Ghost Dance : ces mouvements combinent des croyances et pratiques autochtones avec certains apports occidentaux, en ordonnant ces derniers selon la logique propre des systèmes de pensée indigène. Ainsi se modela au fil des siècles l’identité indienne. L’auteur poursuit, avec ce nouveau livre, sa réflexion sur la pluralité des perspectives historiques, leur complémentarité, pour la restitution d’une histoire globale, et les traces que les traumatismes hérités du passé inscrivent dans les mémoires collectives.

Publication du tome 105-2 du JSA

Publication du tome 105-2 du JSA

Philippe Erickson – Claude Lévi-Strauss (1908-2009), in memoriam

Emmanuel Désveaux – Les carnets nambikwara de Lévi-Strauss

Entretien de Claude Lévi-Strauss, texte édité par Philippe Erickson avec la collaboration de Dominique Michelet

Articles

Ángel A. Sánchez Gamboa, Alejandro Sheseña y Guido Krempel – Nuevos datos sobre Aj Ch’aaj Naah, Aj K’uhuun de Toniná

Raphaël Colliaux – Ciudadanos de la comunidad. Appropriation de la bureaucratie et expérience de la « communauté » chez les Matsigenka (Amazonie péruvienne)

Notes de recherche

Louise Deglin – Could the Mexica toztli have been a sun parakeet? Connecting Mexica featherwork to South America

Alonso Zamora Corona – “El rostro de los días”: sobre la corporalidad y las almas entre los mayas k’iche’ de Santiago Momostenango

Marisa Malvestiti y María Emilia Orden – La documentación de las lenguas patagónicas en el gabinete de Samuel A. Lafone Quevedo. El Vocabulario Guenaken

 

Positions

Grégory Deshoullière y Santiago Utitiaj Paati – Acerca de la Declaración sobre el cambio de nombre del conjunto Jívaro

Hommage à Dominique Buchillet

Laure Emperaire – In memoriam Dominique Buchillet : un engagement scientifique et politique

Janet Chernela and Jaime Diakara Dessano Dihpotiro – Two anthropologists recall Dominique Buchillet

Lúcia Hussak van Velthem e Marcio Meira – Dominique Buchillet: caminos e trilhas no rio Negro e em outros lugares

Bibliographie de Dominique Buchillet, établie par Laure Emperaire et Lúcia Hussak van Velthem

Comptes rendus

David Webster, The population of Tikal. Implications for Maya demography, par Julien Hiquet

Aldo Littaif, Mitologia guarani. A criação e a destrução da Terra, por Joaquín Ruiz Zubizarreta

Graciela Chamorro y Isabelle Combès (eds), Povos indígenas em Mato Grosso do Sul. História, cultura e transformações sociais, por Cecilia Martínez

Juan Ossio Acuña, Etnografía de la cultura andina, por Pablo F. Sendón

Jane MacLaren Walsh et Brett Topping, The man who invented Aztec crystal skulls. The adventures of Eugène Boban, par Pascale Riviale

22/11/2019 – Owen Mason : Le commerce depuis l’Asie orientale et la chasse à la baleine

22/11/2019 – Owen Mason : Le commerce depuis l’Asie orientale et la chasse à la baleine

La prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le vendredi 22 novembre 2019, à 18 h, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly:
Owen K. Mason
INSTAAR – University of Colorado, Boulder. 
 

Le commerce depuis l’Asie orientale a-t-il mené à la chasse à la baleine, la guerre et l’inégalité dans le détroit de Béring ?

 L’existence de surplus est souvent considérée comme une condition préalable à la complexité sociale. Il n’existe pas de surplus calorique plus important que celui offert par la baleine boréale. Alors que son développement demeure mystérieux, la chasse à la baleine est un acte dangereux par nature, qui repose sur une combinaison de technologie, de savoir-faire et de chance. Une équipe de chasse performante bénéficiait certainement d’un statut renforcé et pouvait attirer des partisans et des alliés. Le développement de la chasse à la baleine suppose une série de développements sociaux et technologiques ; principalement des bateaux et des lances, mais aussi du capital social. Dans le détroit de Béring, les interactions avec l’Asie orientale pourraient avoir favorisé la chasse à la baleine. Des indices convaincants de la capacité à capturer des baleines apparaissent il y a environ 2000 ans le long des côtes de la Sibérie et de l’Alaska, alors que l’on a cru pendant un siècle que cette pratique était apparue mystérieusement sans prédécesseur. Par ailleurs, des données récentes indiquent que l’on capturait des morses il y a 5000 ans dans le sud de l’Alaska et que la chasse à la baleine pourrait remonter à plus de 3000 ans en Tchoukotka. On a remarqué depuis longtemps la concomitance de magnifiques traditions artistiques – Old Bering Sea et Punuk – aux motifs gravés à l’aide d’outils en fer sur de l’ivoire de morse. La chasse aux morses était aussi essentielle : sa peau servait à recouvrir les bateaux et était échangée contre de la fourrure de caribou. Le mobilier funéraire confirme les racines anciennes de l’inégalité en tant qu’indicateur de statut et de chamanisme, reflétant le rôle du commerce et des festins dans la production de la vision cosmique du Old Bering Sea. Une deuxième expansion de la chasse à la baleine se produit au moment du Punuk et du Birnirk vers 1150-1200 apr. J.-C., coïncidant avec un commerce des métaux et des innovations dans les technologies nautiques et de propulsion.

 
La conférence sera donnée en anglais. 
 
Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

Le plan Vigipirate impose aux agents de sécurité du musée à ne pas autoriser l’introduction de valises (même cabines), sacs de voyage, sacs à dos, sacs de sport…